L'évolution du calcul des aides au logement inquiète les moins de 25 ans

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le projet de loi de finances 2019 prévoit une évolution du revenu de référence pour le calcul des aides personnelles au logement (APL, ALS et ALF). Les APL seront calculées sur la base des revenus de l'année en cours (revenus des douze derniers mois connus au moment d'une ouverture de droit ou d'une actualisation trimestrielle) et non plus sur ceux perçus deux ans auparavant comme c'était le cas jusqu'à présent. Plusieurs associations* alertent les pouvoirs publics sur "les effets désastreux" de la réforme pour les moins de 25 ans (salariés, en insertion, étudiants ayant une activité salariée...) qui, "sans mesures de compensation, subiront de plein fouet les économies attendues par cette réforme". Selon elles, un jeune de 24 ans, logé en résidence Habitat Jeunes (FJT), avec une redevance de 399 €, percevant un salaire de 750 € mensuel, ayant déclaré deux ans auparavant un revenu nul pour le calcul de ses droits à l’aide personnelle au logement (APL–foyer) perdra, à terme, à l’issue des actualisations trimestrielles successives, "200 € par mois par rapport au mode de calcul actuel". Cela représente une "perte globale sur l’année de 1 242 € d’APL, et un reste pour vivre mensuel passant de (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE