Toulouse étend son dispositif "Commerce avenir" aux faubourgs

Immobilier
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le dispositif "Commerce avenir", qui a vu le jour en 2005 dans le cadre de la loi en faveur des PME, est appliqué à Toulouse depuis 2010. Il permet de lutter contre les commerces vacants en centre-ville et facilite les conditions d’installation des commerces de proximité. Lorsque un local commercial se vide, la municipalité le préempte via l’établissement public foncier local (EPFL), achète les murs ou le bail commercial (l’investissement moyen est de 80 000 € à 90 000 € par local), puis le rénove. Objectif ? Aider les indépendants à s’installer en centre-ville. Ainsi, la municipalité ne pratique pas de droit au bail et garantit des loyers inférieurs au marché de l’ordre de 115 €/m2 au lieu de 200 €/m2. A terme, les locataires peuvent racheter, mais ils n’en ont aucune obligation. A ce jour, douze commerces de proximité se sont déjà réimplantés au cœur de la ville. "Au départ, nous avions ciblé des quartiers en cours de réaménagement, comme Arnaud-Bernard, Bayard, Belfort, Romiguières et Pargaminières, mais nous l’étendons désormais aux faubourgs et en particulier aux 33 cœurs de quartiers identifiés dans le cadre du projet urbain de Toulouse centre", a annoncé Jean-Jacques Bolzan, (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE