14
novembre 2018

Fermeture des petites lignes ferroviaires : la Fnaut demande un moratoire

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
La Fnaut (Fédération nationale des associations d'usagers des transports) alerte, chiffres à l’appui, sur la discrimination territoriale liée à la fermeture des petites lignes préconisée par le rapport Spinetta. Pour l'association, le remplacement du train par le car ne constitue pas une alternative fiable. L'étude "sur l’estimation de la perte de clientèle suite à un transfert sur route de services ferroviaires" (*), réalisée par le cabinet Trans-Mission, a été présentée à la presse, le 8 juin. Les résultats justifient notamment la demande de moratoire de la Fnaut sur la fermeture de ces lignes.  Des résultats sans équivoque Premier constat : pour un report modal du train au car, les personnes auront tendance à se tourner vers la voiture, dont l’attractivité repose notamment sur la diminution des coûts d’usages. Cet effet modal engendre une variation "nette" de la fréquentation de - 53 %.Après la fermeture des lignes Tours - Chinon ; Aix - Marseille ; Alès - Bessèges ; Nantes - Saint-Gilles-Croix-de-Vie ; Nantes - Pornic, la perte moyenne de fréquentation du train au car sur un même trajet est de 41 %, d'après l'analyse. Globalement, ce transfert peut (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE