AMP a voté le PLUI de son EPCI Marseille-Provence

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
La métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) a voté, ce 28 juin, le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) du conseil de territoire Marseille-Provence (18 communes, dont Marseille, pour 60 000 ha), l’un des six EPCI regroupés en son sein au début 2016. Premier du genre de la métropole AMP, le PLUI de l'EPCI Marseille-Provence est le fruit de trois années de concertation qui ont mobilisé plus de 4 000 personnes, les maires, les techniciens de l’aménagement et de l’urbanisme et le grand public. "Ce PLUI se présente comme une somme de 10 000 pages qui tient dans 3 mètres cubes", souligne Laure-Agnès Caradec, l’adjointe marseillaise et vice-présidente d’AMP en charge de l’urbanisme. Un énorme pavé qui a deux points cardinaux : la simplification et l’opérationnalité. Une gageure compte tenu du retard pris par Marseille et ses voisines en matière de planification urbaine : sur les 18 communes du territoire en question, cinq sont encore régies par un bon vieux plan d’occupation des sols (Cassis, Carnoux, Marignane, Saint-Victoret et Le Rove). Avec les PLU des 13 autres communes, le territoire comprend 450 zones différentes. "L’esprit du PLUI favorise le projet urbain plutôt que la règle. L’ambition est de trouver le juste équilibre de (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE